Share

Les réseaux  de chauffage :

On appelle réseau ou circuit de chauffage, une installation constituée d’un générateur de chaleur (chaudière, pompe à chaleur…), d’émetteurs de chaleur (radiateurs, planchers chauffants…), et d’un réseau les reliant (tuyaux ou gaines). Cette installation est constituée de tuyauteries (ou gaines), d’organes de sécurité indispensables, et d’autres appareillages assurant son fonctionnement.

Il nous semble normal d’avoir chaud en rentrant chez soi l’hiver. Tout le monde n’a pas toujours eu cette chance. Trop de monde n’a toujours pas cette chance. Et nous qui l’avons, la gaspillons…

Nous allons voir le cœur du métier de chauffagiste : les différents réseaux de chauffage

Petit historique :

Principes :

Le réseau urbain :

Le réseau collectif :

Le réseau individuel :

Traitement et filtration des eaux du circuit de chauffage :

Chauffage : inégalités, gaspillage, pollution : CHANGEONS.

Petit historique  du chauffage :

Pour sa survie l’Homme a du depuis toujours réussir à affronter le froid. Il a donc du apprendre à se construire des habitations tempérées. De la première grotte avec un grand feu, aux pompes à chaleur ultra modernes dans une maison thermiquement isolée, le changement est digne du miracle !  Nous sommes passés du statut de la survie à celui du confort, parfois déplacé.

Très tôt, les populations les plus aisées ont eu accès à des « systèmes de chauffage ». A l’apogée du règne de Jules Caesar, les riches villas romaines, ou les thermes étaient déjà chauffés ! Certes ces installations sont incomparables à celles de notre époque, mais les idées étaient déjà là…Notons surtout que ces installations étaient humainement intolérables, car elles utilisaient les esclaves pour le confort des populations plus aisées.

Puis les installations ont fonctionné de manière presque autonome. En France Les premières installations de chauffage central fonctionnant en thermosiphon (l’eau circule dans le circuit grâce à ses variations de température), datent du début du siècle ! Elles fonctionnaient sans électricité, seulement besoin d’alimenter la chaudière en bois ! Donc pas encore parfaitement indépendante, l’Homme est flemmard J

Alors que nous pouvons maintenant qualifier nos installations les plus récentes, d’intelligentes !! En effet vous ne vous occupez de rien, et vous avez toujours la température désirée, où vous désirez, quand vous désirez, qu’il fasse beau, nuit ou soleil ! Tout est automatique, vous n’avez qu’à entretenir votre installation ! Parfait me direz vous ; et bien non ! Certes nous avons atteint le confort désiré, mais pas encore de la manière idéale.

Notre époque est celle de tous les changements. Prise de conscience, enfin, de la détérioration de notre patrimoine environnemental. Nous devons changer. Nous ne voulons pas perdre notre confort. Nous devons donc faire en sorte de le rendre moins polluant.

Principes:

Le confort thermique d’un local dépend de :

  • la température de l’air ambiant
  • L’état hygrométrique (humidité de l’air)
  • La vitesse de l’air
  • La température de surface des parois.

Souvent dans les locaux d’habitations l’air est calme et l’humidité est négligeable.

Pour les occupants, le confort thermique sera donc déterminé par la température résultante sèche (TRS). Cette TRS est la moyenne de la température de l’air et de celle des parois. ((T°C de l’air + T°C paroi)/2). Pour assurer ce confort thermique, il va donc falloir contrer les déperditions thermiques. En mettant en place des isolations spécifiques et un système de chauffage.

Il faut savoir que le réseau de chauffage est un circuit fermé (« boucle de tubes ») et sous pression. Son eau n’est pas potable. Il est forcément constitué d’un générateur ou source de chaleur, d’émetteurs de chaleur, d’un réseau les reliant, et d’organes de sécurité et de fonctionnement. Le principe est de transférer de la chaleur à un fluide (air ou eau), grâce à un générateur de chaleur (qui la produit, ou la transfère) pour la transporter jusqu’à un émetteur (radiateur), qui la diffusera dans la pièce. L’eau chaude circule en boucle dans ce réseau donc. On parle souvent d’un départ et d’un retour : au départ de la boucle l’eau est plus chaude qu’à l’arrivée (le retour) de la boucle car elle a cédé de la chaleur (déperditions et passage dans les émetteurs de chaleur).

C’est là tout le travail du chauffagiste. Vous accompagner de l’isolation de votre maison au choix des générateurs et émetteurs de chaleur. Assurer votre confort tout en limitant au maximum votre impact écologique.

Avant de détailler les différents réseaux clarifions certains termes ! Il existe 3 grandes familles de chauffage et nous aborderons seulement celle du « chauffage central » (un générateur de chaleur, des émetteurs et un réseau les reliant). Nous ne parlerons pas du chauffage électrique, ni des cheminées ou poêles à bois qui ne sont pas des « circuits de chauffage ».

Le réseau urbain :

Dans certaines villes des quartiers entiers sont chauffés par une chaufferie commune. Il y a donc un seul générateur de chaleur pour plusieurs bâtiments.

Imaginez des kilomètres de tubes enterrés faisant le tour d’un quartier, ou même de la ville entière ! L’eau qui circule en boucle dans ces tubes est surchauffée à 180°C par le générateur de chaleur commun. Cette chaufferie géante est souvent associée au traitement et au recyclage des déchets, comme c’est le cas de celle de la compagnie de chauffage de Grenoble.

Ces tuyaux alimentent des sous stations situées dans les chaufferies des immeubles reliés au chauffage urbain. Les calories (la chaleur) contenues dans le réseau primaire à 180°C, sont transférées au réseau de chauffage et sanitaire de l’immeuble grâce à des échangeurs. C’est ensuite le réseau de chauffage de l’immeuble qui répartit la chaleur entre les appartements (via l’eau chaude circulant dans les tuyauxJ). La compagnie e chauffage de Grenoble a fait un très bon schéma explicatif.

Tous ces tuyaux sont généralement en acier noir ou en  matière plastique spécifique, et fortement calorifugés de manière à limiter les déperditions calorifiques.

Le réseau collectif :

Certains immeubles ont fait le choix du chauffage collectif. Ils peuvent être raccordés au chauffage urbain et donc posséder leur sous station alimentée par celui-ci, ou bien disposer de leur propre générateur de chaleur.

Mais peu importe l’origine des calories, le principe reste le même : il faut distribuer la chaleur à chaque appartement. Dans la plupart des installations collectives, ces calories sont transportées par l’eau. Dans l’immeuble il y a donc un réseau de tubes qui fait une boucle. L’eau chauffée par le chauffage urbain ou la chaudière commune, y circule sans cesse, sous pression. Chaque réseau de chauffage de chaque appartement est branché dessus, et prélève ses calories nécessaires. Il faut donc pouvoir les répartir équitablement.

Le réseau de chauffage est donc conçu de manière à pouvoir contrôler la température et le débit de l’eau circulant dans le circuit. Il utilise des organes comme les vannes 3 voies, les vannes de réglages, les thermostats, la bouteille de mélange… Il est composé de tuyaux en acier noir généralement ou de tubes en plastique spécifique, fortement calorifugés de manière à limiter les déperditions calorifiques. Nous allons voir que ces différents organes sont aussi présents sur une installation individuelle de chauffage.

Le réseau individuel de chauffage :

La encore, peu importe l’origine de la chaleur le principe reste le même : distribuer les calories ! Nous nous concentrerons sur les circuits utilisant l’eau comme fluide caloporteur.

Que vous soyez relié à un réseau collectif ou que vous ayez votre propre générateur de chaleur, encore le même principe : distribuer les calories chez vous !

L’eau chauffée par le générateur de chaleur circule sous pression, en boucle, dans le réseau de chauffage pour transporter les calories jusqu’aux émetteurs de chaleur, qui eux les transfèrent à l’air ambiant de la pièce.

Sur chaque réseau de chauffage domestique (et en général) vous devez impérativement trouver les organes de sécurité, de contrôle et de fonctionnement. Ils peuvent être incorporés ou non à la chaudière.

Un système de régulation adapté vous permet d’exploiter au mieux votre installation ! Ce système contrôlera le fonctionnement du générateur, la température de l’eau qui circule dans les émetteurs, pour atteindre votre température ambiante désirée.

Le réseau domestique peut être fait avec des tubes en cuivre, acier noir, PER…

Traitement et filtration de l’eau du circuit de chauffage:

Tout comme pour l’eau du circuit sanitaire, nous pouvons avoir besoin de traiter l’eau du chauffage.

Saletés et boues : Plus vos émetteurs et votre réseau sont anciens, plus vite l’eau de votre réseau sera sale. Vous devrez la changer de temps en temps (tous les 2 ans par exemple). Lors de la vidange, faîtes attention cette « eau noire » est très salissante et marquante !

Pour éviter l’encrassement de vos appareils et de votre chaudière vous pouvez installer un filtre à tamis sur votre réseau, qui retiendra les plus grosses impuretés.

Pour lutter contre le dépôt de « boues », vous pouvez ajouter un traitement anti-boue à votre eau du circuit. Calculez la quantité d’eau de votre installation pour connaître les proportions du produit à ajouter (voir les données fabricant). Je le recommande fortement dans le cas d’un plancher chauffant.

Contre le gel : dans le cas où votre réseau risque d’être exposé à des températures négatives, vous devez ajouter du glycol (alcool). Calculez la quantité d’eau de votre installation pour connaître les proportions de glycol à ajouter (voir les données fabricant).Vous pourrez ensuite vérifier la teneur de votre eau en glycol grâce à un refractomètre (vous saurez jusqu’à quelle température votre eau est protégée du gel).

Corrosion : Selon les matériaux des émetteurs de chauffage, et l’eau qui y circule, vous pouvez être confronté à des problèmes de corrosion (radiateurs qui se percent par exemple). Dans ce cas, videz et rincez bien votre installation (faîtes analyser votre eau si besoin), puis remplissez-la en ajoutant un liquide anti corrosion à l’eau.  Calculez la quantité d’eau de votre installation pour connaître les proportions d’anti corrosion à ajouter (voir les données fabricant).

Chauffage : inégalités, gaspillage, pollution : CHANGEONS

Nous n’avons pas tous accès au confort thermique. Trop d’inégalités sur l’accès au chauffage !

Quand nous avons la chance d’en bénéficier, nous le gaspillons ou l’utilisons mal !

Il n’est pas nécessaire de régler la température intérieure à 25°C chez soi la journée, 20 ou 21°C suffisent amplement, apprenez à mettre un pull ;) La nuit, on dort encore mieux avec une température de 18°C ou 19°C…

Ca ne sert à rien non plus de laisser les émetteurs de chauffage fonctionner lorsqu’on aère : les oiseaux qui restent en France l’hiver, ne craignent pas le froid !

Faîtes un entretien régulier de vos appareils, afin de leur garantir le meilleur rendement et donc une consommation la plus faible possible.

Selon vos moyens, optimisez votre habitat et votre installation ! ! Il n’est pas utile d’avoir la meilleure des chaudières avec une régulation futuriste, si votre maison n’est pas isolée….

Lors du changement de votre installation, réfléchissez bien ! Ne serait-il pas judicieux d’investir dans une installation plus économe et respectueuse de notre environnement direct ? ?

Nous avons tous le pouvoir de changer les choses, changeons nos habitudes et notre comportement.

Share

Laisser un commentaire

Spread Firefox Affiliate Button
Discussions récentes :
A découvrir sur le site :
Suivre la maisonduplombier.com   Suivre les derniers messages postés sur les forums de lamaisonduplombier.com