Share

Les générateurs de chaleur :

Il existe trois types de générateurs de chaleur :

Il faut noter que tous ces appareils demandent de respecter de strictes règles de sécurité, et que leur installation nécessite une étude préalable sérieuse.

Ils ne peuvent être installés que par du personnel habilité et qualifié, et dans les règles de l’art : respect des normes de sécurité et du DTU (ventilation de la pièce dans laquelle est installé le générateur, matériel de lutte contre l’incendie approprié…).

Ils ont besoin d’un entretien annuel afin de garantir leur sécurité et leur bon fonctionnement. Si vous êtes locataires, vous devrez fournir tous les ans à votre propriétaire la preuve que cet entretien a été fait. Il y l’entretien du générateur de chaleur, mais aussi celui de l’évacuation des fumées (ramonage) à faire si il y a lieu !

La chaudière à bois :

La chaudière à gaz :

La chaudière fioul :

Les panneaux solaires couplés à un ballon tampon :

Les pompes à chaleur (air/air, air/eau, eau/eau, eau/air, terre/air, terre/eau) :

Les générateurs émetteurs : radiateur gaz, poêle fioul ou pétrole, aérotherme gaz, poêles bois, cheminée, radiateurs électriques..

Les générateurs de chaleur à combustion :

Ce type de générateur plus ancien que les pompes à  chaleur, a aussi bénéficié de forts progrès technologiques ! Ils  ont permis d’augmenter les rendements, et donc de baisser les consommations de combustibles…De plus en plus d’appareils sont dits « à condensation » : ils récupèrent la chaleur contenue dans les fumées (en récupérant la chaleur de leur condensation, fonctionne seulement avec des retours à basse température), qui était avant perdue ! Ils peuvent être « à ventouse » : ils prennent l’air nécessaire à la combustion, à l’extérieur de la pièce. Et de plus en plus fonctionnent à basse température, adaptés aux nouvelles générations d’émetteurs de chauffage moins énergivores ! Sur des principes de fonctionnement similaires, il existe de grandes disparités au niveau des modèles selon les constructeurs (type de corps de chauffe, de bruleur..)

Ces chaudières peuvent être « instantanées » (production d’eau chaude sanitaire seulement sur demande), ou « à accumulation » (eau  chauffée et stockée en permanence). Quand elles sont à accumulation, elles peuvent avoir un mini ballon incorporé à la chaudière, ou bien un de plus grande capacité, indépendant. A savoir : si la chaudière est en chauffe pour le chauffage et qu’il y a une demande d’eau chaude sanitaire : la chaudière lui donnera la priorté.

Tous les générateurs à combustion ne peuvent être installés que par un professionnel qualifié, respectant toutes les normes, notamment de ventilation ! ! ! Prévoir les ventilations adaptées et ne JAMAIS LES BOUCHER ! Ceci aurait pour effet une mauvaise combustion et donc la production de monoxyde de carbone, responsable de trop de mort chaque année. Il faut savoir que ce gaz est inodore, vous vous en rendrez toujours compte trop tard…

De multiples configurations possibles, des progrès époustouflants sur les économies d’énergie, les générateurs à combustion ont donc encore un bel avenir devant eux…

Chaudière à bois :

Ce générateur brûle le bois, et la chaleur produite est transférée à l’eau du circuit de chauffage. La flamme chauffe l’eau via le corps de chauffe. Selon le type de bois utilisé, ces générateurs seront différents. Certains brulent des buches directement : vous l’alimentez manuellement. Certains brulent des copeaux ou granulés de bois. Vous pouvez les alimenter manuellement ou automatiquement en mettant en place une vis sans fin et un silo de stockage.

Ces chaudières sont généralement assez grosses, posées au sol et équipées d’un brûleur extérieur. Les organes du circuit ne sont généralement pas incorporés à la chaudière. Elles peuvent avoir un ballon de stockage d’eau chaude, incorporé ou non à la chaudière.

Tous les générateurs à combustion ne peuvent être installés que par un professionnel qualifié, respectant toutes les normes, notamment de ventilation ! ! ! Prévoir les ventilations adaptées et ne JAMAIS LES BOUCHER ! Ceci aurait pour effet une mauvaise combustion et donc la production de monoxyde de carbone, responsable de trop de mort chaque année. Il faut savoir que ce gaz est inodore, vous vous en rendrez toujours compte trop tard…

Chaudière à gaz :

Ce générateur brûle du gaz et la chaleur produite est transférée à l’eau du circuit de chauffage. La flamme chauffe l’eau via le  corps de chauffe. Selon les générateurs, différents types de gaz peuvent être utilisés : gaz naturel, butane.

Il existe des chaudières murales, ou à poser au sol. Les murales sont généralement pour des petites puissances, et petits circuits (elles ont souvent la plupart des organes intégrée à la chaudière). Celles à poser au sol sont équipées d’un brûleur gaz (extérieur ou non), et les organes du circuit sont indépendants de la chaudière.

La chaudière doit donc être raccordée à l’alimentation en gaz. Il doit y avoir un organe de coupure gaz au niveau de la chaudière, que ce soit du gaz naturel ou en provenance d’une cuve extérieure. Ce type d’intervention ne doit être fait que par un professionnel qualifié.

Si vous sentez des odeurs de gaz ou de fumées près de votre chaudière prenez immédiatement contact avec votre chauffagiste.

Tous les générateurs à combustion ne peuvent être installés que par un professionnel qualifié, respectant toutes les normes, notamment de ventilation ! ! ! Prévoir les ventilations adaptées et ne JAMAIS LES BOUCHER ! Ceci aurait pour effet une mauvaise combustion et donc la production de monoxyde de carbone, responsable de trop de mort chaque année. Il faut savoir que ce gaz est inodore, vous vous en rendrez toujours compte trop tard…

Chaudière au fioul :

Ce générateur brûle le fioul domestique, et la chaleur produite est transférée à l’eau du circuit de chauffage. La flamme fuel chauffe l’eau via le corps de chauffe. Ce type de chaudière est généralement posé au sol et équipé d’un brûleur, pour des grosses ou moyennes installations.

Il faut obligatoirement une cuve pour stocker le fioul domestique. Le « réseau fioul » relie la cuve et le brûleur. Il existe des circuits mono (un seul tube entre cuve et bruleur) ou bitubes (deux tubes entre la cuve et le brûleur : un aller et un retour). Ils sont généralement en tube cuivre de petits diamètres ( 1O ou 12 mm). Ce circuit doit aussi être exempt d’air.

La cuve doit avoir un évent, et un tuyau de remplissage équipé d’un dispositif anti débordement. Le circuit reliant la cuve au brûleur a lui aussi des organes obligatoires à son fonctionnement et sa sécurité: sur l’aller : une crépine à l’aspiration dans la cuve (filtre et clapet anti retour), un clapet anti-siphon, une vanne manuelle et un pot filtre, une vanne police si la capacité de la cuve est supérieure à 2500 litres(permet de couper l’alimentation en fuel depuis l’extérieur de la chaufferie), et une jauge pour connaître la quantité de fioul présente dans la cuve. Sur la tuyauterie retour, dans le cas d’un circuit bitubes,  prévoir un clapet anti-retour : le fioul ne doit circuler que dans un seul sens.

Tous les générateurs à combustion ne peuvent être installés que par un professionnel qualifié, respectant toutes les normes, notamment de ventilation ! ! ! Prévoir les ventilations adaptées et ne JAMAIS LES BOUCHER ! Ceci aurait pour effet une mauvaise combustion et donc la production de monoxyde de carbone, responsable de trop de mort chaque année. Il faut savoir que ce gaz est inodore, vous vous en rendrez toujours compte trop tard…

Les générateurs qui transfèrent la chaleur :

Ce type de générateur ne nécessite donc pas de combustible. Mais il consommera de l’électricité pour faire fonctionner le compresseur ou la résistance électrique d’appoint…

Panneaux solaires couplé à un ballon:

La chaleur émise par le soleil est transférée à l’eau du circuit solaire. Le Circuit solaire est indépendant du circuit de chauffage, son eau est généralement glycolée (alcoolisée) pour éviter qu’elle ne gèle (la nuit à l’extérieur en hiver par exemple). Les tuyauteries doivent donc aussi être consciencieusement  calorifugées.

Ce circuit contient presque les mêmes organes que le circuit de chauffage, il fonctionne simplement à des pressions et températures différentes. L’eau de ce circuit récupère donc la chaleur émise par le soleil, pour la transférer à l’eau chaude sanitaire contenue dans la ballon, par un échangeur (serpentin).

Le réseau de chauffage récupère alors lui aussi de la chaleur dans cette eau chaude sanitaire par un autre échangeur. L’eau du circuit solaire, du circuit chauffage et l’eau potable sanitaire, ne sont pas en contact, et ne doivent pas l’être. Ces systèmes doivent avoir un appoint électrique ou être couplé à un autre générateur de chaleur, pour combler les besoins énergétiques de l’installation.

Pompes à chaleur (PAC):

Elles prélèvent les calories dans un milieu pour les transférer dans un autre : aucune « chaleur » n’est créée. Ce transfert de calories est possible grâce à la compression et à la détente d’un fluide frigorigène (différents selon les types de machines).

Pour faire simple : la PAC est composée de 4 éléments : un évaporateur, un condenseur, un compresseur et un détendeur. Le fluide frigorigène, passe alternativement de l’état gazeux à l’état liquide. Ces changement d’états prélèvent ou libèrent de la chaleur aux milieux dans lesquels ils ont lieu. Dans l’évaporateur, situé à l’extérieur, le fluide détendu (pression abaissée) par le détendeur passe de l’état liquide à l’état gazeux : il prélève de la chaleur (des calories) au milieu. Ces calories peuvent être prélevées dans :

  • L’air extérieur (aérothermie) : via échangeur à ailettes et un ventilateur.
  • L’eau des nappes ou d’un étang (géothermie). Echange par contact entre l’eau et la paroi du tube dans lequel circule le fluide.
  • La terre (géothermie). Echange par contact entre l’eau et la paroi du tube dans lequel circule le fluide.

Dans le condenseur, situé à l’intérieur, le fluide comprimé par le compresseur (pression augmentée) passe de l’état gazeux à l’état liquide : il cède de la chaleur (des calories) au milieu. Ces calories peuvent être restituées de différentes manières à différents milieux :

  • A l’air : dans la pièce que l’on veut chauffer directement (dans ce cas le condenseur est souvent directement dans la pièce : unité intérieure), via un échangeur à ailettes et un ventilateur . Ou alors, on on amène l’air chauffé (par le condenseur au sein de la PAC),  dans la pièce voulue  grâce à des gaines calorifugées et des bouches de soufflage.
  • A l’eau : ces calories sont alors transférées au réseau de chauffage, via un échangeur,  qui les amène aux différents émetteurs de chaleur.

Souvent les PAC sont équipées d’une résistance d’appoint au cas où les températures extérieures deviendraient trop basses exceptionnellement.

Les Centrales de  traitement d’air (CTA) : permettent de contrôler la température et l’hygrométrie (humidité) de l’air. Elles peuvent être classées dans les deux catégories : transferts ou générateurs, selon leur fonctionnement ! Elles sont cependant réservées aux grosses installations.

Les générateurs de chaleur qui sont aussi émetteurs : la chaleur est produite et émise dans la même pièce.

Tous les générateurs à combustion ne peuvent être installés que par un professionnel qualifié, respectant toutes les normes, notamment de ventilation ! ! ! Prévoir les ventilations adaptées et ne JAMAIS LES BOUCHER ! Ceci aurait pour effet une mauvaise combustion et donc la production de monoxyde de carbone, responsable de trop de mort chaque année. Il faut savoir que ce gaz est inodore, vous vous en rendrez toujours compte trop tard…

  • Radiateur gaz : il brule le gaz, et cette combustion réchauffe directement l’air ambiant, il n’y a pas de fluide caloporteur. Souvent fait en matériau ayant une grande inertie de chauffe.
  • Aérotherme gaz : utilisé pour chauffer les très grands volumes (usine par exemple). Il brûle le gaz qui réchauffe directement l’air ambiant via un échangeur et un ventilateur.
  • Cheminée, poêles à bois : La combustion du bois réchauffe directement l’air ambiant.
  • Pôele à mazout ou à pétrole : la combustion du pétrole ou du fuel réchauffe directement l’air ambiant. Souvent fait en matériau ayant une grande inertie de chauffe.
  • Et tous les radiateurs électriques….
Share

Laisser un commentaire

Spread Firefox Affiliate Button
Discussions récentes :
A découvrir sur le site :
Suivre la maisonduplombier.com   Suivre les derniers messages postés sur les forums de lamaisonduplombier.com